Nicolas Lacroix-Pépin Ph.D.
Nicolas Lacroix-Pépin Ph.D. Thérapeute Scientifique - spécialiste en périnatalité
home-office-336377_1920.jpg

Articles

Quelques articles qui pourraient vous intéresser

Une doula... C'est quoi ça?

UNE ACCOMPAGNANTE À LA NAISSANCE (DOULA)

 

L’accompagnante à la naissance est tout d’abord une professionnelle de la période périnatale. Je dis “une” car la très grande majorité sont des femmes. D’ailleurs, le mot doula vient du grec δούλα où il signifiait (doúla, “servant-woman”). De nos jours, ce sont des spécialistes formées en périnatalité. Très souvent elle-même mère, il y a aussi certaines qui n’ont pas d’enfants ou encore comme moi qui sont des pères. Les bagages de chacune sont propres à leur histoire et leurs formations.

Concrètement, qu’est-ce qu’elle fait?

L’accompagnante à la naissance a comme but de soutenir et respecter chaque futur parent dans ses choix et ses désirs. Elle a une vision globale de la naissance et veille au bien-être de chacun, et ce, durant toutes les étapes du processus. Elle est disponible en tout temps pour répondre aux questions et aux interrogations, rassurer, informer, écouter, aider. Au moment de l'accouchement, elle offre un soutien autant physique pour gérer la douleur que mental et émotionnel.
Durant la période prénatale, l’accompagnante vous aura informé sur différents sujets entourant la grossesse, l’accouchement, le nouveau-né et la période postnatale. Elle vous outille afin que vous puissiez être aussi prêt que possible pour cet évènement et que vous soyez en mesure de faire des choix éclairés. Elle sait vous écouter, vous informer et vous rassurer.

Durant l’accouchement, elle va continuer de répondre à vos questions, s’assure de votre bien-être, vous aide à gérer la douleur, vous informer, vous encourager, favoriser l’implication du ou de la partenaire et fait tout en son pouvoir pour que votre expérience d’accouchement en soit une positive. Elle assure une présence constante et le bien être de chacun tout en aidant à diminuer les obstacles.

Elle est aussi disponible en période postnatale pour répondre à vos interrogations, vos inquiétudes et pour vous aider avec les soins au nouveau-né. Bien que vu en prénatal, la réalité est toujours différente une fois dedans et être guidée n’est jamais mauvais.

Maman s’apprête à faire un marathon, une doula, c’est avoir une coach pour se préparer, puis quelqu’un qui court avec nous jusqu’au fil d’arrivée.

Ce qu’elle ne fait pas?

Elle ne remplace pas les spécialistes qui vous suivent déjà, elle les complète. Elle ne pose aucun diagnostic, ne remplace pas les soins donnés par l’infirmière, la sage-femme ou le médecin, ne procède pas à l’accouchement et ne pratique aucun geste médical. Elle ne prend aucune décision à votre place, mais veillera à ce que vous fassiez des choix éclairés en accord avec vos valeurs et vos désirs. Surtout, elle ne remplace pas le ou la partenaire si ce dernier désire s’impliquer.

Donc, c’est bien beau, mais concrètement, quel est l’avantage?

Certains peuvent avoir l’impression que payer pour une doula c’est payer pour “Google” ou un “groupe Facebook”. On est très loin de ça. La doula c’est avant tout une continuité. Bien qu’elle apporte à la fois les connaissances et le soutien, on est très loin de ce qu’on peut trouver sur internet.

En établissant avec vous un lien de confiance durant la grossesse, elle connait vos besoins, vos peurs et vos désirs. Ses conseils sont donc adaptés à votre réalité. Elle devient ainsi une alliée de confiance. Vous pouvez librement lui parler sans jugement. C’est aussi la seule personne à part le partenaire qui restera avec le couple durant tout le processus. Elle est là autant avant/pendant/après. C’est une personne constante et honnêtement, ça fait une grosse différence. Surtout durant l’accouchement. Alors que les divers intervenants vont et viennent, changent au fil des pauses et quarts de travail, la doula reste une personne constante et surtout disponible seulement pour vous. N’ayant pas la paperasse administrative et d’autres tâches connexes, sa disponibilité vous est consacrée lors du travail.

Ce ne sera pas donc un petit conseil à la “va vite” ou quelques paroles sur le cadre de porte. C’est quelqu’un qui prends le temps dont vous avez besoin. Autant pour vous expliquer, vous rassurer, vous soulager et vous aider à progresser.

C’est aussi et surtout quelqu’un d’habituée avec l’accouchement physiologique.

Les infirmières ne le sont pas?

En fait souvent non… Dans les hôpitaux, les taux de péridurales sont d’environ 80% selon les établissements. La poussée se fait pratiquement seulement en position gynécologique. Les infirmières sont donc souvent beaucoup plus à l’aise de monitorer une maman couchée avec une perfusion de syntho que de faire des points de pression et des positions pour aider les choses à progresser. Ce qui peut mener rapidement aux cascades d’interventions néfastes. On peut toujours tomber sur une perle, mais avoir une doula c’est s’assurer de qui on aura à nos côtés le moment venu.

Mais moi je voulais la péridurale de toute façon!

La doula n’est pas là pour juger de ce que vous voulez ou non, mais vous accompagner dans vos désirs. Beaucoup de mamans vont quand même apprécier l’aide pour soulager la douleur avant la péridurale. On ne la prends pas à la première contraction si on veut diminuer les problématiques! Elles vont aussi apprécier les techniques pour rester mobiles avec la péridurale pour diminuer les problématiques une fois celle-ci en place. Elles vont aussi souvent découvrir qu’elles sont beaucoup plus fortes qu’elles le pensaient!

Péridurale ou non, tout les aspects prénataux et postnataux resteront les mêmes.

Est-ce que les cours prénataux ne sont pas suffisants pour être préparés?

Les cours prénataux sont un beau plus effectivement pour se sentir prête. Cependant, il, est impossible de tout se rappeler d’un simple cours de quelques heures. Une maman en travail n’ira pas regarder ses notes sur quelle position aidait bébé à descendre en cas de postérieur. Papa non plus d’ailleurs. C’est pourquoi bien que tous les sujets seront normalement abordés durant les rencontres prénatales, la présence d’une personne habituée est d’une pertinence incontestable.

Mais moi j’accouche en maison de naissance, est-ce que j’ai besoin de ça?

Bien que les sages-femmes soient beaucoup plus proche des clientes, qu’elles prennent beaucoup plus le temps de les connaître et sont bien mieux formées sur l’accouchement naturel, la présence d’une doula y a quand même son importance.
On peut simplement sentir le besoin de plus, ce qui est normal. Parfois le courant passe simplement moins bien avec l’une des sages-femmes qui nous est assignée alors avoir une personne qu’on a choisit peut être un avantage. Les sages-femmes ne peuvent pas rester en permanence non plus avec le couple, surtout lors d’accouchement plus long. La présence d’une doula vient donc complémenter celle de la sage-femme. C’est aussi pour s’il y a transfert que c’est pertinent. Que ce soit avant ou durant l’accouchement. Parfois il devra y avoir provocation ou encore un transfert en cours de travail. Les sages-femmes ne suivront pas nécessairement pour la suite. La présence d’une doula est donc une belle continuité de soins.

Est-ce que tout ça est vraiment démontré scientifiquement?

Je suis à la base un scientifique, c’est certain que j’ai regardé ce qui était démontré dans la littérature!
De nombreuses études scientifiques ont montré les bénéfices de la présence continue d'une doula qualifiée pour accompagner la future mère. Plusieurs études indépendantes ont démontré un impact positif de l'accompagnement à la naissance sur la mère, le futur bébé et le système de santé.

SUR L’ACCOUCHEMENT

  • Diminution de la durée du travail (1-5)

  • Diminution des complications (6, 7)

  • Diminution du taux de césariennes (1, 4, 5, 7-9)

  • Diminution du recours à l’ocytocine pour faire progresser le travail (1, 4, 7, 10)

  • Diminution de l’utilisation de forceps (4, 10)

  •  Aide au succès de l’AVAC (11)

 

POUR LA MÈRE

  • Plus grande satisfaction de la mère face à l’expérience de l’accouchement (2-5, 12, 13)

  •  Période postpartum plus facile (4)

  •  Moins de dépressions postpartums (2)

  •  Les mères sont plus présentes envers leur nouveau-né au cours de la période postpartum (2)

  •  Diminution de l’anxiété durant la période postnatale (2)

 

POUR LE BÉBÉ 

  • Meilleurs scores d’évaluation de l’état du nouveau-né (2-5)

  •  Réduction de la durée du séjour et moins d’admissions en unité de soins spécialisés (2)

  •  Prise du sein plus facile (2, 14) et augmentation du succès de l’allaitement (6, 14, 15)

POUR LE SYSTÈME DE SANTÉ 

  • Les femmes éprouvent une meilleure satisfaction envers les soins reçus (2, 3, 12, 13)

  •  Les femmes sont plus en mesure de donner un consentement éclairé aux procédures (16)

  •  Réduction significative des coûts des soins obstétricaux (17)

  •  De plus en plus de recherches démontrent des évidences envers les bénéfices apportés par un accouchement physiologique et les risques associés avec les interférences avec ce processus naturel. (9)

 

Références:

  • 1. Trueba G, Contreras C, Velazco MT, Lara EG, Martinez HB 2000 Alternative strategy to decrease cesarean section: support by doulas during labor. J Perinat Educ 9:8-13

  •  2. Scott KD, Klaus PH, Klaus MH 1999 The obstetrical and postpartum benefits of continuous support during childbirth. J Womens Health Gend Based Med 8:1257-1264

  •  3. Sauls DJ 2002 Effects of labor support on mothers, babies, and birth outcomes. J Obstet Gynecol Neonatal Nurs 31:733-741

  •  4.  Zhang J, Bernasko JW, Leybovich E, Fahs M, Hatch MC 1996 Continuous labor support from labor attendant for primiparous women: a meta-analysis. Obstet Gynecol 88:739-744

  •  5. Hodnett ED, Gates S, Hofmeyr GJ, Sakala C 2007 Continuous support for women during childbirth. Cochrane Database Syst Rev:CD003766

  •  6. Gruber KJ, Cupito SH, Dobson CF 2013 Impact of doulas on healthy birth outcomes. J Perinat Educ 22:49-58

  •  7. Kennell J, Klaus M, McGrath S, Robertson S, Hinkley C 1991 Continuous emotional support during labor in a US hospital. A randomized controlled trial. JAMA 265:2197-2201

  •  8. Akbarzadeh M, Masoudi Z, Hadianfard MJ, Kasraeian M, Zare N 2014 Comparison of the effects of maternal supportive care and acupressure (BL32 acupoint) on pregnant women's pain intensity and delivery outcome. J Pregnancy 2014:129208

  •  9. Lothian JA 2014 Promoting optimal care in childbirth. J Perinat Educ 23:174-177

  •  10. Scott KD, Berkowitz G, Klaus M 1999 A comparison of intermittent and continuous support during labor: a meta-analysis. Am J Obstet Gynecol 180:1054-1059

  •  11. Keedle H, Schmied V, Burns E, Dahlen HG 2015 Women's reasons for, and experiences of, choosing a homebirth following a caesarean section. BMC Pregnancy Childbirth 15:206

  •  12. Koumouitzes-Douvia J, Carr CA 2006 Women's Perceptions of Their Doula Support. J Perinat Educ 15:34-40

  • 13. Steel A, Diezel H, Johnstone K, Sibbritt D, Adams J, Adair R 2014 The value of care provided by student doulas: an examination of the perceptions of women in their care. J Perinat Educ 22:39-48

  •  14. Kozhimannil KB, Attanasio LB, Hardeman RR, O'Brien M 2013 Doula care supports near-universal breastfeeding initiation among diverse, low-income women. J Midwifery Womens Health 58:378-382

  •  15. Hall JM 1978 Influencing breastfeeding success. JOGN Nurs 7:28-32

  •  16. Goldberg HB, Shorten A 2014 Differences between patient and provider perceptions of informed decision making about epidural analgesia use during childbirth. J Perinat Educ 23:104-112

  •  17. Kozhimannil KB, Hardeman RR, Attanasio LB, Blauer-Peterson C, O'Brien M 2013 Doula care, birth outcomes, and costs among Medicaid beneficiaries. AM J Public Health 103:e113-121

Toute question sur la fonction et les responsabilités d’une accompagnante à la naissance peut être posée à l’Association québécoise des accompagnantes à la naissance (AQAN).

 

Pour en savoir plus sur le service de doula, n'hésitez pas à consulter le site et à me poser vos questions! (www.nicolaslacroixpepin.com)

Nicolas Lacroix-PepinComment