Nicolas Lacroix-Pépin Ph.D.
Nicolas Lacroix-Pépin Ph.D. Thérapeute Scientifique - spécialiste en périnatalité
home-office-336377_1920.jpg

Articles

Quelques articles qui pourraient vous intéresser

Pourquoi un homme en périnatalité?

J'ai toujours été passionné de prérinatalité. J'ai orienté mes études en ce sens et j'en ai fait mon métier car j'adore aider, soutenir, informer et traiter. Je suis dans mon élément dans cet univers un peu magique et toujours enrichissant.

Il peut être étrange de voir un homme en périnatalité, surtout en accompagnement. C’est effectivement un peu moins commun. Cependant, plusieurs ostéopathes, acupuncteurs, gynécologues, massothérapeutes et autres se spécialisent en périnatalité. Plusieurs papas sont très impliqués, bien loin du cliché du papa incapable de tenir un bébé. En y réfléchissant, finalement ce n'est pas si étrange.

Personnellement, j’ai toujours été attiré par cet univers. À peine plus haut que trois pommes et encore aux couches, à l’âge de deux ans dans les salles d’attentes, je voulais déjà aller m’occuper des autres bébés à peine plus jeune que moi. Je suis celui qui veut s’occuper des bébés des autres dans les partys de famille. Prendre les bébés et m’en occuper, ça a toujours été come un dessert, un plaisir de simplement les tenir.

La grossesse est un moment fantastique et fascinant. Plein de changement et de magie, avec quelques défis, qui mettent un peu de piquant. Une réalité fantastique et éphémère qui rend la chose encore plus merveilleuse. Même si parfois on a l’impression que ça dure éternellement, c’est un moment si passager dans une vie. Avoir la chance d’aider des mamans traversant cette période est quelque chose de fantastique.

Au cégep, j’étais partagé entre les sciences humaines comme la psychologie, les sciences infirmières et les sciences pures. À l’époque aucun gars n’avait encore eu le courage d’appliquer au programme sage-femme et je croyais qu’ils n’auraient même pas daigné regarder ma demande. Je craignais aussi trop d’être pris dans un département qui ne m’aurait pas plu en soins et le travail de psychologue n’aurait probablement pas été fait pour moi. . Bien que j’aurais aimé pouvoir tout faire, finalement mon côté scientifique l’à emporté à ce moment. J’ai cependant tenu à garder la périnatalité au cœur de mes études. J’aime tout de même beaucoup le milieu hospitalier et c’est pourquoi je continue d’y travailler en parallèle. J’aime le contact avec les patients et le personnel.

Maintenant, j’aide autant sur le plan physique avec la massothérapie, le rebozo et l’acupression que du côté émotionnel avec l’accompagnement que du côté informationnel avec la naturopathie et mon doctorat.

Un deuxième questionnement que j’entends souvent est à savoir pourquoi une maman voudrait être accompagnée par un homme plutôt qu’une autre maman. Il reste que le vécu de cette accompagnante n’est jamais celui de la maman qu’elle accompagne. De la même façon, un homme peut offrir le même support le sexe ne change rien. Il est certain qu’une maman ayant une grossesse paisible, un conjoint impliqué et peu de stress peut effectivement se reconnaître plus facilement dans une autre femme. Une maman qui vit une situation moins évidente et qui a besoin de quelqu’un de solide pour l’appuyer trouvera son compte avec un accompagnant. Que ce soit pour des problématiques de santé, un AVAC ou une situation moins évidente où la présence d’un accompagnant est requise, les futures mamans peuvent apprécier une présence forte, qui les aide à se dépasser, sur qui elles peuvent compter et s’appuyer. Quelqu’un avec les connaissances et les techniques, quelqu’un qui peut être à la fois solide, compréhensif et chaleureux. Elles peuvent apprécier un accompagnant confiant à leurs côtés pour les épauler.

Après tout, la périnatalité reste ma passion!

Voilà pourquoi je suis moi!